Corps et énergie du vivant

« J'ai fermé dans la poche le canif, comme si je clouais la flèche du temps.

Je suis là, dans le présent ablatif, mien

et mettant déjà le pied sur le sol je fais semblant d'être plus maladroit pour me donner la certitude du désaccord heureux avec le monde, avec la matière qui m'accueille et qui me caresse. Qui doucement m'anéantit. »

Maurizio CUCCHI Extrait de Vies particulières, ed Le bousquet-la barthe p. 111

 

© Caroline Antoine 2016-2020